picto ateliers terreAteliers Terre

Présentation du fonctionnement des carrières

Retour aux Ateliers Terre
carrières CBR

La carrière C.B.R. (Cimenteries et Briqueteries Réunies) de la colline du Romont est ouverte dans de la craie et du tuffeau (Crétacé), du sable marin (Oligocène) et des formations continentales (Quaternaire).

Entre 85 et 65 millions d’années (partie finale du Crétacé), toute la région était sous la mer et jouissait d’un climat subtropical. L’eau y était chaude et peu profonde. Des algues microscopiques y pullulaient. Leurs enveloppes se sont accumulées sur le fond de la mer et constituent aujourd’hui l’essentiel du tuffeau et de la craie. D’autres fossiles d’organismes marins existent dans ces roches : coquillages, spicules d’éponges, dents de requins, parties de crustacés, …

Entre 1,4 et 1,8 millions d’années, la Meuse coulait au niveau du plateau des Heids (Lixhe) à une altitude de 140 à 134 mètres. Elle passait à la verticale de la présente Tour, faisait une boucle sur le plateau du Romont, puis poursuivait son cours vers le Limbourg néerlandais

Entre 0,8 et 1 million d’années, après avoir creusé le sol d’une vingtaine de mètres, la Meuse poursuivait son cours à la verticale d’Emael et de la carrière du Romont pour s’écouler ensuite vers le Limbourg néerlandais.

carrières CBR

Au cours de la dernière glaciation (à partir de -72.000 ans), nos régions ont subi des climats froids d’intensité différente, accompagnés successivement de paysages de forêts de conifères, de toundras et de déserts polaires pratiquement sans végétation

Il y a 11.600 ans, un réchauffement climatique de quelques 15°C a mis fin à la dernière glaciation. Dès le début, la forêt de feuillus et les animaux associés ont recolonisé nos régions et, il y a environ 7.000 ans, cette forêt couvrait 95% de notre territoire.

Comment en sommes-nous arrivés au niveau de défrichement actuel ?

Il y a 7.000 ans, nos ancêtres néolithiques ont découvert l’agriculture et ouvert les premières clairières pour cultiver des céréales. Les Celtes puis les Romains ont largement élargi ces clairières. Dès le 15e siècle, les besoins en charbon de bois de la métallurgie pour leurs bas fourneaux et l’extension des surfaces agricoles ont fortement accéléré le processus.